Langue

La forte supputation de collision concernant l’accident qui a vu, jeudi, deux avions Rafale s’écraser en mer, au large du cap Béar, a été confirmée ce lundi par le président de la République Française, Nicolas Sarkozy. L’Elysée a ainsi confirmé, dans une communiqué, que « Deux Rafale de la marine nationale sont entrés en collision en fin d’après-midi jeudi 24 septembre au dessus de la mer au large de Perpignan ». Pour sa part, le ministre de la Défense, Hervé Morin, déclarait dès vendredi qu’il était nécessaire de « mener les enquêtes nécessaires ». Les débris des deux appareils, gisant par 600 mètres de fond au large du cap Béar, restent encore introuvables, hormis un simple débris d’aile, localisé et récupéré samedi. Au-delà du drame, la portée internationale de cet événement, alors que la France s’apprête à transmettre les premiers résultats de l’enquête au Brésil, qui prévoit l’achat de 36 Rafale, de fabrication française, faisait dire ce lundi au porte-parole du ministère de la Défense, Laurent Teisseire : « Il y aura la transparence à laquelle on peut s’attendre entre deux pays partenaires ».

Partager