Langue
La Clau
Montauriol, base arrière de l’ETA pour des attentats sur la Costa Brava
Langue

L’arrestation de trois militants de l’ETA, samedi dernier dans le village de Montauriol, livre ses détails. Cette opération, simultanée à celle de cinq autres militants terroristes basques, au Pays Basque du Sud, peut avoir empêché des attentats sur la Costa Brava. En effet, la justice et la police espagnole ont signalé hier avoir trouvé, parmi les élements saisis, une carte de la région de Girona et des Pyrénées-Orientales, avec plusieurs communes mise en évidence, comme Empuriabrava, L’Escala et Sant Pere Pescador. Selon le juge anterrorista Baltasar Garzón, en charge de l’enquête, les membres de l’ETA prétendaient confectionner une voiture piégée, activée au mois de mai. La Catalogne du nord a ainsi un rôle dans ce projet, le militant d’ETA Alexander Uriarte s’étant déplacé de Vitoria, au Pays Basque du Sud, jusqu’à Montauriol, pisté par les « corps de la lutte antiterroriste » espagnols, avant d’y être arrêté en compagnie du responsable militaire Jurdan Martitegi, qui s’y trouvait préalablement et devaient lui donner des instructions. À Montauriol, Martitegi était armé d’un pistolet Smith & Wesson 9 millimètres, disposait de plusieurs fausses cartes d’identité fausses et des documents sur la fabrication de bombes. La police a saisi une voiture dotée de fausse plaques, un revolver entouré de ruban adhésif, deux bombes et du matériel informatique.

Partager