Langue

150 chalutiers des régions de Girona et de Barcelone obéissent depuis ce lundi matin à une interdiction de pêche à visée biologique, destinée à régénérer les ressources disponibles en mer. Les premiers bateaux engagés dans cette opération sont rattachés aux ports de Vilanova i la Geltrú et d’Arenys de Mar, dans la région de Barcelone, avant une élargissement du mouvement vers d’autres ports de la province, puis de la Costa Brava, plus au Nord. Cette campagne, qui concernent les embarcations pélagiques, est vouée à laisser reposer les eaux pour permettre que les ressources puissent se régénérer et croître. Cette pause inédite, concertée entre les autorités du Gouvernement catalan et des professionnels, permettra notamment, à cette période de l’année, de favoriser la croissance des crevettes. Selon les confréries de pêcheurs du littoral des régions de Girona et de Barcelone, cette période de chômage concerté, d’une durée de deux mois, devrait provoquer nombre de situations financières délicates, de par sa longueur. Le Gouvernement de la Generalitat de Catalunya a débloqué une aide globale d’un million d’euros pour compenser cette interdiction de pêche, tandis que les pêcheurs auront droit à percevoir des allocations chômage pour une période de trente jours.

Partager