Langue

Les prélèvements abusifs de corail rouge au large de la Côte Vermeille font une nouvelle fois l’objet d’une montée au créneau institutionnelle, à travers le Conseil Général des Pyrénées-Orientales. Son président, Christian Bourquin, associé à Michel Moly, maire de Collioure et Conseiller Général du secteur, ont averti ce mercredi : « L’Etat doit mettre en place une nouvelle réglementation ». Espèce menacée, le corail rouge catalan fait l’objet d’intensives récoltes depuis 2000, de la part de prédateurs provençaux, attirés par un prix à la vente avoisinant 1000 euros le kilo. L’Institution départementals, qui a déjà demandé en 2004 une modification de la réglementation en vigueur, a adressé le 21 septembre un courrier au préfet de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et au préfet des Pyrénées-Orientales, à Perpignan, après deux premières missives sans réponse transmises aux mêmes intéressés les 30 octobre et 1er décembre 2008. Face au pillage manifeste, sans l’intervention d’une ou autre organisation pour la défense de l’environnement, alors même que progresse la crise de la pêche, l’affaire du corail rouge, fort peu médiatique, semble peu embarrasser l’Etat.

Partager

Icona de pantalla completa