Langue

La liste des personnes mises en examen dans le cadre de l’affaire Bouille, qui porte sur de fortes irrégularités liées au réseau de l’ancien maire de Saint-Cyprien, Jacques Bouille, frôle la vingtaine. Dans une discrétion nouvelle pour cette affaire révélée voilà plus d’un an, l’entrepreneur Pierre Ferrer, 19ème élément identifié du puzzle local, a été mis en examen mardi 15 décembre, six jours seulement après une mesure similaire appliquée par la justice perpignanaise à l’encontre de l’ancien élu Claude Valdès et de son épouse. M. Ferrer, présumé innocent, est soupçonné de « recel d’abus de biens sociaux et corruption active ». En 2008, alors que le maire UMP, Jacques Bouille, vivait ses dernières semaines de liberté et ses derniers mois de vie, ce patron de la société Barcarès Yachting avait imaginé un imposant projet sur le territoire communal de Saint-Cyprien. Cette participation présumée à la politique immobilière validée par M. Bouille, dans des conditions troubles par endroits, s’est matérialisée en de somptueux locaux d’entretien et de vente de bateaux haut de gamme, « Marine centre », construits sur la zone technique du port de la ville. Le terrain a été fourni par la communauté de communes Sud Roussillon, anciennement présidée par Jacques Bouille.

Partager