Langue

Le maire UMP de Banyuls, Jean Rède, a été innocenté ce jeudi après-midi à Perpignan, dans le cadre d’une affaire reposant sur des accusations d’abus de confiance. L’édile avait déjà comparu face à la justice les 26 et 27 avril, mais seulement deux des huit chefs d’accusation originels avaient été retenus par les magistrats. La présomption concernant M. Rède, âgé de 79 ans, portait sur le centre Hélio-Marin de sa commune, dont il assurait la présidence de l’association gestionnaire, « Sante en Côte Vermeille », lors de ses deux premiers mandats. Le résultat nul contenu dans le délibéré exposé au tribunal de Perpignan a mis en évidence une certaine irrégularité de la justice, dans l’erreur lors de l’approche de cette affaire, effectuée sans juge d’instruction et consécutive à une enquête préliminaire exécutée par un policier prenant appui sur un rapport de la Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (DDASS) de 2004. Au soir de la comparution de Jean Rède, le 27 avril, le dossier avait été vidé de sa substance au regard du caractère ridicule de certains chefs d’accusation, dont des « frais de bouche » limités à quelques dizaines d’euros. L’ancien restaurateur de Banyuls, qui avait versé des larmes lors de l’audience d’avril, a encore pleuré, ce mercredi, mais cette fois-ci de soulagement.

Partager