Langue
La Clau
La Gendarmerie diffuse les portraits reconstitués des cadavres de Millas
Langue

Deux mois après la macabre découverte survenue en Roussillon, lorsque deux cadavres ont été repérés sur les territoires communaux de Millas et Corneilla-la-rivière, la Gendarmerie Nationale a commencé à diffuser les deux portraits reconstitués ce lundi après-midi. Des images de synthèse sont désormais visibles sur le site du ministère de la Défense sous l’intitulé « Double homicide : découverte de cadavres non identifiés ». Cette opération de communication est effectuée sur demande de Jean-Pierre Dréno, procureur de la République auprès du tribunal de Grande Instance de Perpignan. Les deux dépouilles, celle d’un père et de son fils d’après les analyses ADN, font l’objet d’un mystère. Découvertes le 25 novembre 2010 à 9h45 et 10h15 enveloppées dans des tapis et des sacs plastiques noirs, le tout lié par des rubans adhésifs gris, elles manifestent probablement un règlement de compte. En effet, les deux victimes, de 30 et 60 ans environ, ont été abattues par une arme à feu de calibre 7,65.

Le premier individu, blanc de peau, âgé de 30 à 40 ans environ, était de corpulence moyenne, mesurait « entre 1m80 et 1m85 », portait les cheveux courts et disposait de « poils pubiens roux ». Son corps a été découvert vêtu d’un pull col camionneur à manches longues, d’un tee-shirt gris et d’un pantalon jean à fermeture zippée. Très complètes pour les besoins de l’enquête, les informations de la gendarmerie indiquent de nombreux autres détails et précisent la marque des vêtements. Le second corps, également blanc de peau, âgé de 50 à 60 ans environ, mesurait 1m70, avait les cheveux grisonnants et était notamment muni d’une chemise polaire et d’un survêtement gris. Les témoins sont invités à se faire connaître auprès de la Section de Recherches de la Gendarmerie de Perpignan via le numéro de téléphone +33 4 68 66 44 33. La semaine dernière, l’hypothèse d’un lien entre ces deux hommes découverts en Roussillon et deux hommes siciliens disparus, a été émise par Interpol et Europol, à l’issue d’une étude exhaustive des fichiers de disparus dans l’Union Européenne. Il pourrait ainsi s’agir de deux entrepreneurs, qui n’ont étrangement plus donné de signe de vie depuis 2007. Leurs épouses respectives ont été mobilisées pour renseigner les enquêteurs avec précision.

Partager