Langue

L’ONG Greenpeace profite de l’été pour dresser une liste de huit espaces naturels de la côte sud-catalane actuellement en voie de destruction en raison de la pression urbaine, selon un rapport remis cette semaine à Barcelone. Parmi les secteurs les plus menacés figurent le Cap de Creus, les Marécages de l’Empordà, les Îles Medes, les côtes de la région du Maresme, le Delta du Llobregat, les côtes du Garraf, le littoral Tarragonais et le Delta de l’Ebre. Greenpeace, qui calcule que 46,5% de la côte sud-Catalane est urbanisée, dans ce constitue le record absolu de l’ensemble des côtes espagnoles, affirme que la crise a ralenti la construction sur les espaces côtiers, traditionnellement prisés par le tourisme permanent, tout en avertissant que les travaux publics contribuent eux-mêmes à la destruction des paysages. Le Cap de Creus est ainsi affecté, selon les militants écologistes, par de nouveaux projets de construction commandés par des personnes « à fort pouvoir d’achat », attirées par la commune de Cadaqués. Les menaces sur l’environnement dans ce cernier secteur seraient également renforcées par un projet d’agrandissement du polygone industriel de Roses, prochainement porté à 187.000 mètres carrés. Greenpeace s’inquiète enfin au sujet d’un projet de « marina », selon le modèle d’Empuriabrava, sur le territoire de Pals, dans la région du Baix Empordà.

Partager

Icona de pantalla completa