Langue

La direction des douanes a rectifié ce vendredi matin ses informations sur l’inquiétante saisie d’un arsenal, effectuée après l’interception, jeudi 6 mai à 15h30, en Pays Catalan. Un fourgon immatriculé en Espagne, contenant une cinquantaine de cartouches 9mm, un chargeur et un canon usiné pour pistolet mitrailleur, avait été intercepté. Un stock découvert ultérieurement dans les deux maisons d’un couple de quinquagénaires, était composé de 5000 cartouches, six obus, des dizaines de pistolets et de fusils, et accompagné de 110.000 euros en billets de banque. Remis en liberté, le couple s’est avéré être propriétaire d’une armurerie à Figueres. En réalité, il s’agit d’une fausse alerte, car tous les objets, effrayants par leur nombre, sont des armes de collection datant de la première et la seconde guerre mondiale. Les douanes précisent cependant que ces armes et munitions sont « potentiellement dangereuses », car elles n’ont pas été « démilitarisées » et conservent toute leur capacité originelle. Par mesure de prudence, l’enquête enclenchée la semaine dernière sera poursuivie, dans le but de déceler d’éventuels liens avec des organisations criminelles ou terroristes. Le Tribunal de Grande Instance de Perpignan a confié les suites judiciaires en co-saisine au Service national de douane judiciaire.

Partager

Icona de pantalla completa