Langue

Après l’avènement de l’aéroport de Girona, qui laisse deviner que le pôle aérien de Perpignan s’est déplacé au Sud, voilà que les événements auréolés de prestige reviennent aussi au Sud, à l’instar des concerts de stars mondiales, dont Jessie Norman, le 4 novembre, toujours à Girona. Dans cette esprit de conquête culturelle, autochtone et internationale, la Fondation de la banque La Caixa, associée aux studios parisiens NBC Photographie, présente pour la première fois en Catalogne et en Espagne une grande exposition consacrée à Charlie Chaplin, revisité à travers des photographies, des affiches, des documents de travail et des extraits de films, dont quelques inédits. L’ensemble raconte le parcours de l’artiste, de la création du personnage de Charlot à la fin de sa carrière, jusqu’à sa disparition. Les archives de la famille Chaplin, précédemment réunies à Lausanne, permettent de redécouvrir la ligne de vie de cet acteur et réalisateur de génie, tout autant que la construction du mythe que son personnage a engendré. Charles Spencer Chaplin, né à Londres en 1889 dans le milieu du spectacle, monté sur les planches presque au moment où il entrait dans l’existence, est mort en 1977 en Suisse francophone, où il s’était établi dès 1952 lors de la tournée européenne de promotion de son film « Les feux de la rampe ». L’acteur ne pouvant rentrer aux Etats-Unis où régnait envers lui une forme d’hostilité. L’exposition relève le caractère néanmoins universel de ce symbole du XXème siècle dont la célébrité dépasse largement l’époque : les gamins que nous avons été ont apprécié Chaplin malgré le noir et blanc et le muet…

Chaplin, star rigolote, puis persona non grata aux USA

En tournage, en plateau, en studio, mais rarement en situation « people », Charlie Chaplin se livre en plusieurs niveaux de lecture sans se résumer à Charlot, sans non plus éluder cet aspect, le plus commercial de toute son œuvre. Les documents relatent la mise en place progressive de Charlot, qui ne correspondant pas toujours au petit vagabond aux yeux tristes, humaniste hébété et solitaire, ancré dans la mémoire collective. Puis le Chaplin cinéaste revient à nous par des photographies de lieux de tournages, pour mieux saisir la construction d’une scène, détricoter la mécanique d’un gag, découvrir la chorégraphie du mouvement, le tout dans une précision métronomique. Le Charlie Chaplin politisé intervient enfin, déjà sur les chemins de l’exil après la reconnaissance, lorsqu’au sommet de la gloire il opte pour l’engagement, en introduisant dès les années 1930 des éléments de critique sociale dans ses long-métrages, donnant la parole à Charlot pour son dernier rôle, en 1940. Ce sera l’amorce d’un lent divorce populaire précédant le coup d’arrêt légal : en 1952, sur le bateau qui le conduit en Angleterre, Chaplin apprend que son visa américain ne sera pas renouvelé et décide peu après de s’établir en Suisse, avec sa dernière femme et ses huit enfants.

Exposition « Chaplin en imatges », Museu d’Història de la Ciutat de Girona, Plaça Institut Vell, 1. Du 22 octobre 2008 au 1er mars 2009. Du lundi au samedi de 10h à 14h00 et de 17h à 19h, dimanches et fériés de 10h à 14h.

Partager

Icona de pantalla completa