Langue

La méfiance envers les antennes de téléphonie mobile présentes aux abords des lieux habités revient régulièrement dans l’actualité du Pays Catalan. Ce fait de société, exclusivement présent dans plusieurs villages de dimensions réduites, a atteint une ville, Cabestany, en octobre dernier. Invariablement, des projets d’installation de pylônes garnis d’antennes Orange, Bouygues Telecom ou SFR, près des zones de vie, sont la cause des protestations. Mais la situation inverse se présente depuis plusieurs semaines dans le village de Bages, jusqu’à présent absent des débats sur la probable nocivité des ondes. Engagée depuis l’automne à l’Est du territoire municipal, la construction d’un nouveau lotissement, « Les Coteaux du Mas Bory », présente en effet le même problème, mais renversé. Les premières habitations, en cours de finalisation à une centaine de mètres du château d’eau communal, juché sur le « Puig Dallat » et muni d’antennes radiantes, seront en effet situées dans le premier champ d’émission. Les antennes, branchées au début des années 2000 sur ce lieu en surplomb, ont répondu jusque-là au besoin de réseau manifesté par les consommateurs, tout en ménageant de possibles effets sur la santé, en restant à l’écart du coeur du village. Dans un avenir proche, plus d’une centaine de personnes, résidant dans ce nouveau quartier qui remplace deux parcelles de vigne, chemin de Saint-Jean-Lasseille, vivront ainsi une situation inédite. Car elles seront potentiellement exposées à des risques, alors même que les opérateurs téléphoniques sont arrivés les premiers dans le secteur.

Partager