Langue

Environ 2000 personnes ont pris part ce dimanche à une manifestation d’opposition à un projet d’implantation d’une zone de stockage de déchets nucléaires dans la ville Ascó, au Sud de la province de Tarragona. Ce rassemblement, auquel ont participé de nombreux habitants des communes environnantes, a eu notamment pour slogan « Ascó, la Catalogne dit Non », et a été l’occasion, pour les manifestants, de demander la démission du maire de la ville, Rafael Vidal, membre de la coalition Convergència et Union (CiU), qui s’est montré, cette semaine, favorable à l’idée d’accueillir sur son sol, où une centrale nucléaire est déjà installée, un cimetière pour déchets nucléaires. Cette action populaire a été lancée par plus de 100 associations, sous l’ombrelle d’une plateforme « Anticimetière Nucléaire de la Catalogne » (CANC). Le président du parti indépendantiste Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), Joan Puigcercós, présent dans le cortège, a profité de la présence de la presse pour réclamer que la menace qui pèse sur la ville d’Ascó soit assumée par toute la Catalogne, avant d’exiger un et a demandé un positionnement « clair et net » du Gouvernement catalan.

Partager