Langue

Le prochain forum des associations de Perpignan, organisé les 21 et 22 septembre, comportera une absence inédite, en vertu de la présence anodine d’ondes wi-fi. En effet, l’association Robin des Toits, consacrée à la surveillance de l’impact des antennes-relais de téléphonie mobile, a annoncé par communiqué, ce 19 septembre, le montage d’un « stand sans bénévoles ». Egalement réservé au sujet des systèmes bluetooth, cet organisme prône une baisse des intensités électriques déployées à 0,6 volt par mètre (V/m), un moratoire sur la téléphonie de troisième génération, un arrêt définitif du wifi et du wimax, tout en exigeant que le ministère de la Santé reconnaisse l’électrosensibilité.

« Situation d’exclusion »

L’électrosensibilité, caractéristique de certains individus, incite l’association, basée à Paris, à boycotter partiellement le forum, car le wifi installé dans l’enceinte du Palais des expositions de Perpignan constitue, selon son analyse, une « situation d’exclusion ». Robin des Toits, qui n’hésite pas à rapprocher le wifi de l’affaire de l’amiante, estime « absurde d’installer ces dispositifs partout y compris dans les écoles », car la « vulnérabilité » est plus importante sur le « cerveau des enfants ». Elle-même électrosensible, la présidente de Robin des Toits 66, Anne-Laure Mager, se déclare partisane d’antennes moins puissantes, quitte à ce qu’elles soient plus nombreuses.

Nouveau commentaire