Langue

Après leur déclaration en association effectuée l’été 2021, un groupe de protecteurs de la nature établi dans la région du Bas-Conflent entre en action pour l’environnement. Ces défenseurs ont lancé le “Centre de sauvegarde de la faune sauvage”, un centre de cours de consolidation dans la commune de Joch. Pour pallier le manque de structures dédiées en Pays Catalan, ils prévoient de se consacrer de façon croissante à cette activité qui ne fait encore l’objet d’aucune prise en charge directe par les pouvoirs publics. En ligne de mire figure sa validation par les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture, selon les exemples préexistants.

Sauver la faune “en détresse”

A l’origine, cette structure d’accueil, à vocation gratuite, vise particulièrement l’aide aux oiseaux, notamment les migrateurs. Dans les faits, hérissons, rapaces, écureuils, chouettes et autres animaux étrangers au milieu urbain ou à la domestication ont déjà été recueillis et alimentés, d’abord informellement, depuis 2020, dans le cadre de cette initiative évolutive appelée “La charbonnière”. Les animaux en état de faiblesse sont remis sur pattes avant d’être relâchés dans leur milieu d’origine. La situation de convalescence qui leur est offerte rappelle, trait pour trait, l’hospitalisation réservée aux humains. Ce lieu unique dans les Pyrénées-Orientales s’est fixé pour objectif de soigner et de “réhabiliter la faune sauvage en détresse”, précise Audrey Bonafos, fondatrice de ce centre qui affiche à son actif la protection d’un grand duc d’Europe, dont l‘envol, après un regain de santé, s’est déroulé en début d’année.

Objectif : un millier d’animaux

La charbonnière revendique son utilité en matière de sensibilisation du public, sous forme de formations et de sessions éducatives adressées à toutes les générations. L’enjeu est aussi d’informer et d’avertir les agents de la fonction publique amenés à fréquenter la nature, notamment les employés communaux et les sapeurs-pompiers. L’association espère profiter et aiguiser la prise de conscience, de plus en plus importante, envers les questions de transition écologique et de biodiversité. Dans l’immédiat, elle se fixe pour but de conforter ses bases, de rassembler des fonds et d’œuvrer pour sa reconnaissance publique. Elle prévoit d’entrer pleinement en action courant 2023, après avoir été reconnue comme centre de soins officiel. Les services d’un vétérinaire sont attendus, avec pour perspective annuelle l’accueil potentiel d’un millier d’animaux. Ce véritable hôpital pour animaux sauvages doit permettre de résoudre une problématique concernant les Pyrénées-Orientales, mais jusqu’à présent transférée dans la région de Sète, où le centre de Villeveyrac fait figure de modèle.

Plus de nouvelles
Le zoo Ecozonia accueille deux panthères de Sibérie

Le zoo EcoZonia de Cases de Pène accueille des panthères de Sibérie

Nouvelles: Le zoo EcoZonia de Cases de Pène accueille des panthères de Sibérie
Partager
Le site animalier du Roussillon ouvre le 6 février 2021
Nouvelles: Le zoo EcoZonia de Cases de Pène accueille des panthères de Sibérie - Mobile

Partager

Icona de pantalla completa