Langue

Jusqu’au mois de mars, les techniciens Natura 2000 du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes (PNR)  assurent le suivi hivernal du loup. Cette opération menée dans les régions de Cerdagne, Conflent et Capcir a été entamée dès les premières chutes de neige significatives, survenues en novembre 2021. Elle s’inscrit dans le cadre de leurs missions et de leur investissement dans le Réseau Loup-Lynx, piloté par l’Office Français de la Biodiversité (OFB). Dans un souci de maintien de la diversité animale, plusieurs référents spécialement  formés, habitant le territoire, tiennent le rôle de correspondants, afin de consigner des observations et d’établir des statistiques coordonnées.

Lire aussi:
Un “préfet de l’ours” est nommé suite à l’accident dans l’Ariège

Un véritable observatoire au quotidien

Le suivi hivernal du loup est réalisé entre novembre et mars afin de profiter de la couverture neigeuse. Il a pour but de préciser la présence d’individus, sans certitudes gravées dans le marbre. En effet, en raison de multiples facteurs, il ne peut s’agir que d’estimations. Cette action minutieuse et quotidienne “consiste en la collecte d’indices de présence de l’espèce”, précise le PNR. De la sorte, les traces, les observations oculaires, l’éventuelle présente carcasses de proies sauvages et les indices biologiques entrent en ligne de compte. “Poils, urine, excréments, sang” font partie de ces preuves du passage du loup, recueillies grâce aux prospections de voies dans la neige, de sorties dédiées et de la pose de “pièges photographiques”.

On surveille, du Canigó au Carlit

Le retour du loup a été détecté en 2007 en Pays Catalan, lorsque deux mâles ont été formellement identifiés par l’ONF dans les massifs du Madres et du Carlit. La population des ces individus italo-alpins, plus ou moins sédentarisés, reste cependant discrète et limitée. Les Pyrénées catalanes comptent trois secteurs scrutés avec acuité, car considérés comme zones de présence permanente : le Puigmal-Canigó-Ripollès, le massif du Carlit et celui du Campcardós. Fin janvier 2019, un loup mourant, âgé de 14 ans, a été euthanasié à Angoustrine. Ce canidé provenait de la vallée de la Haute-Tinée, dans les Alpes-Maritimes.

Partager

Icona de pantalla completa