Langue

En 2010, un spécimen d’ours semble avoir été aperçu plusieurs fois dans la région du Haut-Vallespir, au Sud du Pays Catalan, plus d’un an après une action d’information sur le comportement des plantigrades adressée aux habitants des régions de la Cerdagne et du Capcir. Mais depuis, l’ours a disparu du territoire, comme l’indique le dernier rapport « Suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises » présenté le 30 avril par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS). Selon ce document, 22 spécimens au minimum, parmi lesquels trois nouveaux-nés, ont été recensés en 2012 dans l’ensemble du massif des Pyrénées, plus précisément dans les départements de l’Ariège, de la Haute-Garonne, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques. L’Aragon, la Navarre et la région sud-catalane du Pallars Sobirà, à 70 km à vol d’oiseau de la Cerdagne, sont également concernés, mais les Pyrénées-Orientales ne figurent pas dans la liste.

L’ours pourra revenir, à un échéance incertaine

L’association Pays de l’Ours, basée dans la région du Comminges du département de la Haute-Garonne, mise sur la fécondation de cinq à six femelles d’ours bruns cette année, rendant possible une progression de la population d’ours, jusqu’à une recolonisation du terrain historique. Ces dernières années, seul le spécimen slovène baptisé « Balou », lâché en 2006 dans la commune d’Arbas, ou siège l’association, est apparu en 2011 près du Pays Catalan, à la confluence des départements de l’Aude et de l’Ariège, sur le plateau de Sault, après avoir été repéré jusqu’à Montfort-sur-Boulzane, commune audoise mitoyenne de Mosset et Rabouillet, dans les Pyrénées-Orientales. Suivi par un système de localisation GPS, ce plantigrade a quitté ses premières latitudes quelques mois plus tard.

Partager