Langue

Le manque de pluie observé ces derniers mois dans les Pyrénées-Orientales entraîne une situation «très dégradée» sur la bordure côtière Nord, selon le Syndicat Mixte pour la protection et la gestion des nappes souterraines de la plaine du Roussillon. Globalement, Au 1er février 2016, la situation est devenue «largement déficitaire» à hauteur de 63,1% de volume d’eau en moins par rapport aux niveaux normaux. La climatologie exceptionnelle du Pays Catalan, illustrée par une quasi-absence d’automne et d’hiver, saisons habituellement marquées par des précipitations, a provoqué une «recharge limitée des aquifères plio-quaternaires des nappes de la plaine du Roussillon, alors qu’il s’agit habituellement d’une période de recharge». Le 9 février, le syndicat indiquait pour la vallée du Tech un niveau de crise de type 2 et une autre dégradation dans les secteurs proches du fleuve côtier de l’Agly et du secteur de la Salanque. En revanche, dans l’intérieur des terres, les secteurs Aspres-Réart et la vallée de la Têt connaissent une «situation normale», mais l’absence de pluies suffisantes laisse redouter une situation préoccupante.

D’après les relevés de Météo France, en décembre en janvier 2016, la plaine du Roussillon n’a bénéficié que de 10 mm cumulés de précipitations à Perpignan.

Partager