Langue

Alors que les rafales de tramontane ont atteint jusqu’à 160 km/h au Cap Béar, dans la commune de Port-Vendres, et 175 km/h à Portbou, le premier incendie de l’année dans les Pyrénées-Orientales s’est produit dimanche 3 février. Ce sinistre, qui s’est déclenché à 16h45 à proximité du centre de rééducation Bouffard-Vercelli, situé au coeur de la zone de Peyrefitte, entre Banyuls-sur-mer et Cerbère, a détruit 40 hectares de végétation côtière et de forêts. Déclenché parmi des herbes et des broussailles, dans des circonstances qui restent à déterminer, le feu a mobilisé 12 dotations de pompiers, représentant 250 soldats du feu, tandis que la Route Départementale 914 séparant Banyuls de Cerbère, en surplomb de laquelle progressaient les flammes, était fermée à la circulation.

Le souvenir récent du drame voisin de juillet 2012

Les pompiers, venus de la caserne de Cerbère et du reste de la Côte Vermeille, ont communiqué avec le Groupement de Défense Forestière de la région de l’Alt Empordà et les pompiers du gouvernement catalan, sans cependant ne solliciter aucun de ces deux services. La tâche déployée sur place a comporté des difficultés certaines, compte tenu de la force du vent, mais le dommage environnemental occasionné devrait être minime, compte tenu du type de végétation présent. Le secteur de Cerbère est devenu sensible en matière d’incendies depuis le 22 juillet 2012, lorsqu’un sinistre a provoqué la mort de deux personnes et suscité une panique routière inédite, illustrée par 10 km d’embouteillages sur la route joignant Portbou à Banyuls-sur-mer, par Cerbère.

Partager