Langue

L’année écoulée n’a pas été généreuse en soleil dans les Pyrénées-Orientales, selon les relevés effectués par la station de Météo France installée dans le périmètre de la zone aéroportuaire de Perpignan. Le bilan de 2021 révèle la présence de 2087 heures d’ensoleillement dans la capitale du Roussillon, traduisant un déficit de 15% par rapport à de moins que la moyenne des dernières années et décennies. En effet, un volume de 2485 heures est ordinairement observé, en moyenne depuis 1990.

Février a été particulièrement nuageux

En 2021, les mois présentant le plus fort recul ont été septembre, avec 39% de soleil en moins, février, en baisse de 34% et octobre, à hauteur de 25%. A l’inverse, décembre a comporté un supplément de 7% de soleil par rapport à l’habitude. La tendance à la baisse n’est cependant pas générale du territoire, mais centrée sur un secteur géographique soumis à l’influence maritime et à la nébulosité liée. Le manque de tramontane semble être à la source de ce phénomène de repli.

Nantes a profité d’un mois de soleil supplémentaire

Signe d’un glissement passager ou d’un bouleversement, en 2021, le soleil a davantage brillé ailleurs en France, à hauteur de 2772 heures à Montpellier et 2894 heures à Marseille, contre 1916 heures à Paris, 1851 à Strasbourg. Mais surtout, la ville de Nantes a dépassé Perpignan en profitant de l’équivalent d’un mois d’été d’ensoleillement en plus, soit 2100 heures au lieu des 1800 habituelles. Le record de France semble revenir à Marignane (Provence), dont la station météorologique a relevé un peu plus de 2900 heures de soleil dans l’année, après avoir affiché un record absolu de 3110 heures en 2017. Parallèlement, le village d’Eus, en Conflent, autrefois réputé être le “plus ensoleillé de France”, a perdu cette position en 2014 et ne l’a pas retrouvée depuis, selon le palmarès de Météo France.

Partager

Icona de pantalla completa