Langue
La Clau
De plus en plus de randonneurs, de plus en plus de risques dans les Albères
Langue

L’été 2020 est celui du succès de la randonnée pédestre et des parcours à VTT, en raison de la Covid-19. Le port du masque toujours plus obligatoire semble motiver ces amateurs démultipliés, sans masque. Il y a « beaucoup plus de groupes, de couples et de familles en randonnée, par rapport à l’année dernière, c’est stupéfiant », observe Claude Marquette, bénévole de la Réserve lntercommunale de Sécurité Civile (RISC) « Argelès-Albères ». Cette structure de veille sur notre environnement, sous l’égide de la préfecture des Pyrénées-Orientales et de la sous-préfecture de Céret, rassemble cette année 64 bénévoles. Fondée fin 2017 pour lutter contre les incendies à Argelès-sur-Mer, Sorède, Laroque-des-Albères et Villelongue-dels-Monts, cet outil de surveillance joue la sentinelle en repérant la moindre fumée, qu’il signale au Service départemental d’incendie et de secours (SDIS 66).

Autre volontaire, Henri Souplet assure que « beaucoup plus de monde, cela signifie beaucoup plus de risques et de recommandations à donner. Si quelqu’un fume dans le massif des Albères, nous lui demandons d’éteindre sa cigarette. S’il y a un bivouac, il doit lever le camp. En général, ces demandes sont comprises ». Cet été, les patrouilles en voiture comportent jusqu’à 75 km en une journée. La RISC, basée à Argelès, est également dotée de 5 VTT électriques, qui parcourent jusqu’à 40 km par jours dans le massif.

Partager

Icona de pantalla completa