Langue
La Clau
Carrière de Salses: la maire et l’État condamnés par la justice administrative
Langue

Dans le contexte de défiguration croissante du massif des Corbières par l’extraction de roche, les environnementalistes remportent une victoire au sujet de l’affaire opposant la société Sablière de la Salanque, coalisée avec la mairie de Salses-le-château et le ministère de la Transition écologique, opposées à l’association Mieux Vivre à Salses et la Fédération pour les Espaces Naturels et l’Environnement (FRENE 66) de l’autre. L’entreprise, qui souhaite s’agrandir de 13 hectares sur une espace peuplé d’espèces et d’habitats naturels protégés, vient d’être déboutée en cour administrative d’appel. Auparavant, le tribunal administratif de Montpellier avait rejeté les autorisations accordées par la préfecture des Pyrénées-Orientales à l’entreprise, spécialisée dans l’extraction de roches massives calcaires. Trois requêtes ont été exprimées par la “coalition” ont été rejetées. La justice a notamment décliné tout “intérêt public majeur” à l’exploitation supplémentaire souhaitée par l’entreprise.

4500 euros de dédommagement

La commune de Salses, le carrier et la ministre de la Transition écologique sont sommées de payer chacun 1500 aux associations, en guise de dédommagement. Selon FRENE 66, ce “premier échec en appel ne pourra qu’être confirmé lors de l’examen de trois autres requêtes au fond”.

Partager