Langue
La Clau
20 associations s’insurgent contre le béton du littoral à la montagne
Langue

L’accumulation d‘atteintes au milieu naturel conduit à la création, en Pays Catalan, d’une association d’associations, sous l’intitulé “Viure” (vivre). Cette fédération militante alerte contre la “bétonisation des terres agricoles et des espaces naturels dans les Pyrénées-Orientales“. Basée dans la région du Conflent ,elle s’insurge contre les “discours officiels” qui “appellent à stopper l’artificialisation des espaces naturels et agricoles en France”, selon la Loi Climat et résilience de 2021, parallèlement à une croissance du nombre de projets contraires à ce principe. Au total, une dizaine de zones sont répertoriés comme menacées par les appétits des mairies, promoteurs et groupes de grande distribution.

Une dizaine de lieux sous la menace des bâtisseurs

Dans le viseur de la fédération Viure figurent les routes et les ports de plaisance, les grandes surfaces et lotissements gourmands en terrains, mais aussi les “parcs éoliens et photovoltaïques” qui “se multiplient de manière inquiétante sur tout le territoire”. Cette fédération de récente création s’en prend autant au futur viaduc de Céret, qui précèderait la construction de 500 logement et et un golf de 18 trous, unn ensemble de 80 villas au pied du massif des Albères, dans la commune de Montesquieu, ou encore l’ouverture d’une zon,e d’activité à Sorède, sur 5 hectares de terres agricoles “avec le soutien actif de la préfecture”. Viure vilipende l’extension du port d’Argelès avec 250 anneaux supplémentaires et le remplacement d’un bois de chênes par 450 maisons, dans la même ville, ainsi que des constructions en vue dans la zone des tamarins de Port-Vendres, un golf à Villeneuve de la Raho et « l’étalement urbain » qui “menace le plateau et des zones Natura 2000” dans la région de la Cerdagne.

La fédération Viure, opposé à une “urbanisation frénétique soutenue par certains élus et hauts fonctionnaires”, rassemble l’ASPAHR, Alternatiba, Argelès nature environnement, Albères terres vivantes, ATTAC, Bien vivre en Vallespir, Bien vivre en Pyrénées catalanes, Citoyens pour le Climat 66, collectif Anti OGM 66, Codal’Terre, Collectif El Brulls terres agricoles, la Confédération paysanne, En Commun 66, Greenpeace Narbonne, Groupe national de surveillance des arbres, La terre c’est nos oignons, Le Pacte de transition, Solidaires 66, l’Association pour la Sauvegarde de l’environnement du Tech et des Albères (SETA) et SOS Nature.

Partager