Langue

Les dégâts de la crise sur les caisses d’épargne de Catalogne Sud pourraient accoucher de multiples fusions, souhaitées par les deux gouvernements socialistes, catalan et espagnol. Ainsi, fin juin a été annoncée la fusion possible des Caixes de Sabadell, Terrassa et Manlleu, et possiblement les Caixes de Tarragona et de Girona. Régies par la loi dite « LORCA », les « Caixes d’Estalvis » ont la même activité que les banques, à la différence d’un statut mutualiste et de l’obligation d’investir l’intégralité de leurs bénéfices dans des œuvres civiques ou sociales, à travers des fondations. Leur implantation très locale en fait donc, comme la Caixa de Girona, un acteur local majeur, tant pour les clients que pour l’entreprise elle-même, mais aussi des associations fragiles, avec parfois un rôle de seigneur. Les fusions marqueraient donc une globalisation bancaire, porteuse d’espoirs économiques, mais changeant le rapport au territoire. Au-delà, des rumeurs circulent sur la possible modification de la loi « LORCA » qui permettrait à terme que des banques prennent le contrôle des « Caixes », ainsi possiblement fusionnées entre différentes communautés autonomes : en Catalogne du Sud, les Caixes pourraient être dirigées depuis d’autres territoires espagnols, dans une réelle perte d’autonomie.