Langue
La Clau
L’Université de Perpignan à l’origine d’une découverte majeure sur la schistosomiase
Langue

Une équipe chercheurs du laboratoire “Interactions Hôtes-Pathogènes-Environnements“ (IHPE) de l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) est à l’origine d’une avancée importante vers un vaccin contre la schistosomiase. Cette affection, deuxième maladie parasitaire humaine après le paludisme, est provoquée par des vers parasites. Généralement véhiculée par les eaux contaminées, elle est identifiée dans 78 pays et continents, dont l’Afrique, le Moyen-Orient, les Caraïbes, le Brésil, le Venezuela, la Chine et l’Indonésie.

Lire aussi :
L’Université de Perpignan va étudier les mutations globales du monde bancaire

La découverte effectuée par les savants du Roussillon, en association avec l’Institut Butantan, basé à São Paulo (Brésil) et une équipe basée à Montpellier, est publiée dans le journal de référence mondiale Nature Communications. Elle établit que les macaques sont capables de générer des anticorps neutralisants contre les parasites véhiculant la schistosomiase. Ces primates sauvages restant protégés lorsqu’ils sont exposés à une deuxième infection, leur capacité d’auto-guérison est la clef d’un vaccin contre cette maladie parasitaire qui tue plus de 200 000 personnes chaque année dans le monde.

L’UPVD, citée dans l’article “Rhesus macaques self-curing from a schistosome infection can display complete immunity to challenge”, est à l’origine de découvertes d’intérêt planétaire sur le riz, les gènes volants et le génome de la banane.

Lire aussi :
L’Université de Perpignan parie sur un retour massif du présentiel

Partager

Icona de pantalla completa