Langue
La Clau
Un professeur de l’Université de Perpignan, arnaqué par la Banque Dexia
Langue

Robert Casanovas, professeur agrégé en économie et gestion de l’Université et du Lycée Arago de Perpignan, est à l’origine d’une plainte, en Belgique, et une autre en France, pour « diffusion d’informations fausses ou trompeuses », qui a enclenché vendredi dernier, 3 avril, l’ouverture d’une enquête préliminaire menée par la brigade financière du parquet de Paris, dans le cadre de la communication financière de la banque Dexia. L’enseignant-actionnaire, ostensiblement aisé, domicilié à Théza, au Sud de Perpignan, a déposé plainte le 11 mars, après avoir acquis en 2008 pas moins de 113.390 actions de la banque franco-belge, dont le titre, coté à 15,67 euros en février, a chuté à 1,65 euros en février dernier, avant de plonger à 1,21 euro le mois dernier. M. Casanovas, qui a perdu 685.850 euros dans le cadre de ce scandale international, porte ses griefs sur la communication mensongère du groupe financier, qui a préféré rassurer voire désinformer ses actionnaires en dépit d’une situation difficile. L’activité boursière étant exposée aux surprises de tous ordre, Dexia a même progressé ce mercredi à la bourse de Paris, en s’assurant la plus forte progression du CAC 40.

Partager