Langue

L’état de santé des transports en Pays Catalan, pour le troisième trimestre 2010, démontre une amélioration de l’activité au Marché International Saint-Charles de Perpignan et au port de Port-Vendres, mais un repli à l’aéroport de Perpignan. Les données les plus fraîches, communiquées vendredi par l’Observatoire économique des Pyrénées-Orientales, font état, « pour le sixième trimestre consécutif », d’un recul de 10,4% du nombre de passagers étrangers sur le tarmac du Roussillon. En termes globaux, le volume de voyageurs a reculé de 5,3%, pour représenter 145.833 personnes, tandis que l’ensemble de l’année 2010 a représenté un total d’à peine 363.662 voyageurs. Mais l’année 2011 recueille les espoirs de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan, gestionnaire de l’infrastructure, qui s’apprête à installer l’opérateur irlandais low cost Aer Lingus, partenaire de l’incontournable compagnie Ryanair. Ce transporteur, à même de dynamiser le trafic, opérera à Perpignan du 29 mars à la fin du mois d’octobre, pour deux vols Perpignan-Dublin, et deux autres Dublin-Perpignan, prévue chaque semaine.

En matière de marchandises, le même période de juin à septembre 2010 s’est montrée souriante pour le port de Port-Vendres, après le pic de la crise des transports, inclus dans la crise généralisée. Les importations, évaluées à 54.965 tonnes, représentent un bon vertigineux de 99,7%, tandis que les exportations ont gagné 25,8%, soit le modeste équivalent de 4054 tonnes. Plus généralement, l’année écoulée a représenté un « trafic total cumulé » de 310.178 tonnes. La circulation de marchandises, au troisième trimestre 2010, a aussi comporté une belle progression des volumes de fruits et légumes transités par le Marché Saint-Charles, par lequel sont passées 125.786 tonnes, pour une augmentation de 24,2%. L’ensemble de ces chiffres, dont la valeur de comparaison est la même période de 2009, indique bien une éclaircie dans le domaine des transports, liés aux dynamismes économiques et à la position euro-régionale des Pyrénées-Orientales.

Partager