Langue

La recherche de formules touristiques libérées de l’attrait du soleil occasionne en Pays Catalan une explosion du nombre de demeures, de plus ou moins bonne qualité, plus ou moins authentiques. Les Gîtes de France des Pyrénées-Orientales connaissent ainsi une année 2010-2011 exceptionnelle en termes de labellisations. Depuis le 1er octobre 2010, 75 nouveaux hébergements ont obtenu le précieux label, contre 46 pour le précédent exercice. Il s’agit d’un véritable boom, car le territoire désormais 782 références officielles, en dehors des officieuses, dont 700 gîtes et 75 chambres d’hôtes, pour 445 propriétaires. Les gîtes sont assez bien répartis sur l’ensemble du territoire et concernent 154 des 226 communes : le vaste secteur Vallespir – Côte Vermeille, arrive en tête avec 28% des labels, suivi du Conflent – Canigou avec 22,4%, de la zone Capcir – Cerdagne et ses 20,7%, alors que la plaine et le littoral du Roussillon, et le territoire Agly – Côte Radieuse, ferment la marche avec respectivement 16% et 12,9% des adresses référencées.

Chez les voisins, les provinces de Girona et Barcelone comptent 370 et 317 « cases rurals », alors que le département de l’Ariège présente 1350 gîtes, et que celui de l’Aude en compte 844. L’essentiel de l’offre du Pays Catalan cible le milieu de gamme, avec principalement 310 gîtes à 2 épis et 311 à 3 épis. Mais les tarifs, souvent situés en-deçà de 200 euros par semaine hors-saison, s’envolent parfois en période estivale, pour atteindre 2990 euros sur la location la plus chère. Enfin, les personnes en quête d’un retour à la nature plus marqué devront choisir parmi les 41 gîtes à la ferme, soit seulement 5,2%, ou se rendre à Fillols, au pied du Canigou, pour trouver le seul écogîte nord-catalan. Globalement, le choix reste très limité en matière de prise en compte des publics handicapés, car seul 1,8% des gîtes ruraux dispose du label tourisme et handicaps.

Partager

Icona de pantalla completa