Langue
La Clau
TGV Perpignan-Montpellier: le Languedoc-Roussillon ajoute 2,2 millions au dossier
Langue

A moins de quinze jours du lancement du tronçon Perpignan-Figueres de la Ligne à Grande Vitesse, la Région Languedoc-Roussillon augmente sa participation financières aux études préalables à la construction du maillon Perpignan-Montpellier. Ce vendredi, le président régional Christian Bourquin, et le préfet régional Claude Baland, se sont réunis avec Réseau
Ferré de France
(RFF) et les collectivités partenaires pour réaliser ce tronçon, qui unira le Roussillon et le Languedoc. Le financement des études bénéficiera ainsi de 2,2 millions d’euros supplémentaires, qui manquaient jusque-là à un budget global de 33,2 millions. La Région, à l’origine engagée à assumer un quart de ce montant, soit 8,3 millions, a donc décidé de compléter cette somme nécessaire à l’accélération du dossier afin de « boucler le protocole d’accord », selon la communication de M. Bourquin. L’institution régionale devient ainsi le premier financeur des études menant à l’enquête d’utilité publique, effectuée sur le territoire traversé. Selon son nouveau président, qui emboîte le pas de Georges Frêche sur ce dossier, « En s’engageant à hauteur de 10,5 millions d’euros, la Région fait un effort supplémentaire afin que la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan voie le jour ». Jugeant « prioritaire » ce projet « majeur pour les échanges et l’économie » au sein du périmètre du Languedoc-Roussillon, M. Bourquin a profité de cette entrevue pour affirmer son intention de perspicacité. De la sorte, la Région sera « vigilante sur le respect des délais, afin de garantir une mise en service de la ligne en 2020 ». Outre la somme fournie par la Région, le financement des études implique l’Etat à hauteur de 8,3 millions d’euros, RFF, sur le même montant, et les « autres collectivités », à hauteur de 6,1 millions.

Partager