Langue

La Commission européenne a confirmé lundi 29 juin le financement des études préalables à la construction de la Ligne à Grande Vitesse Perpignan-Montpellier. Sa participation atteindra 50%. Cette avancée était pressentie en avril dernier, lorsque le Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIA) a été sollicité à hauteur de 12,4 millions d’euros, la moitié du budget global. Cette demande, formulée envers l’Etat par le président de la région Languedoc-Roussillon, Damien Alary, a été transmise avec succès à Bruxelles. Pour appuyer son souhait, M. Alary a rencontré le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 23 février.

La banque européenne sera sollicitée le 9 juillet

Dans un communiqué, M. Alary précise : « Cela constitue une première étape vers un financement européen ». La prochaine étape est prévue le 9 juillet, lors d’une réunion de travail et de persuasion avec la Banque Européenne d’Investissement. Le TGV Perpignan-Montpellier, soutenu en décembre 2014 par l’intégralité des présidents d’agglomération du Languedoc-Roussillon, auprès de Paris, pourrait bien être financé principalement par l’Europe. Cette hypothèse économique et politique était avancée par La Clau dès le mois de mai dernier.

Partager

Icona de pantalla completa