Langue

A la veille de l’ouverture officielle, aujourd’hui mardi, du tronçon à grande vitesse entre Perpignan et Figueres, la portion de ligne manquante vers le Nord, entre Perpignan et Nîmes, cherche son lancement effectif. Hier, le Président de la Région Languedoc-Roussillon Georges Frêche, dernièrement hyperactif sur la question, et le Président de Réseau Ferré de France, Hubert du Mesnil, associés à Jean-Claude Gayssot, président de la Commission transports à la Région, ont rompu le pain ensemble à Montpellier et développé un « entretien constructif » lors duquel M. Frêche a défendu la réalisation de la Ligne à grande vitesse Perpignan-Nîmes et demandé au Président de RFF « d’accélérer les travaux de contournement ferroviaire Nîmes – Montpellier ». Le président régional a rappelé que la contribution du Languedoc-Roussillon dans ce chantier de contournement urbain, à hauteur de 300 millions d’euros sur un coût total de 1,4 milliard, dépend directement d’un engagement fort de l’Etat, attendu depuis plusieurs années en dehors de toutes considérations partisanes, concernant la réalisation de la Ligne à Grande Vitesse entre « Montpellier et Perpignan ».

Partager