Langue

Les habitants frontaliers et les voyageurs qui transitent dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne sont souvent concernés, à leur dépends, par le phénomène des surcoûts liés au « roaming ». Cette itinérance téléphonique de proximité, qui consiste à utiliser son portable indifféremment dans un territoire ou dans l’autre, peut occasionner des factures salées, car les communications en restent internationales, même lorsqu’elles sont passées sur des distances locales. Cependant, dès ce vendredi 1er juillet entre en vigueur une nouvelle tarification, qui bénéficie notamment aux usagers de l’axe Perpignan-Barcelone. Car les prix roaming baissent, dans l’ensemble de l’Union Européenne, en vertu d’une obligation signifiée à tous les opérateurs, notamment français et espagnols.

Cette réduction des prix, inscrite dans les règles adoptées par l’Union Européenne en 2007 et 2009, sera valable jusqu’au 30 juin 2012 pour les appels passés, dont le coût par minute évolue de 39 centimes à 35 centimes, tandis que la tarification des appels reçus, de 15 centimes jusqu’à ce jeudi, passe à 11 centimes. Le roaming devient ainsi un produit inclus dans les gammes de forfaits des opérateurs, à l’exemple d’Orange, qui tiennent compte de la nécessaire souplesse technologique exigée par les mobilités européennes. En novembre dernier, les autorités européennes avaient approuvé, par la voix de la Commissaire en charge des Télécommunications, Neelie Kroes, une élimination des surcoûts. Ce projet, qui fera disparaître la notion de tarif « vers l’étranger » au bénéfice d’une zone tarifaire unifiée en Europe, devrait se transformer en réalité avant 2015. Dans l’immédiat, le montant des factures téléphoniques des frontaliers fléchira, mais devrait encore rester relativement élevé.

Partager