Langue

Le dossier du TGV entre Catalogne et Languedoc reste marginal comme l’indique le choix de l’Etat, annoncé par le président Sarkozy jeudi dernier, pour quatre nouvelles Lignes à Grande Vitesse, mais toujours pas pour la liaison Perpignan-Montpellier. Néanmoins, hier à Narbonne, le délégué aux transports de la Région Languedoc-Roussillon Jean-Claude Gayssot et le Ministre délégué aux transports du gouvernement catalan Manel Nadal-Farreras ont confirmé en conférence de presse leur souhait de voir inscrire la ligne Perpignan-Nîmes dans « les lignes prioritaires au niveau national à lancer d’ici 2020 ». Malgré un déficit de lobbying du Sud français auprès du pouvoir parisien, la volonté est intacte, à la veille de l’ouverture du débat public concernant la ligne Perpignan-Montpellier, entre mars et juin 2009. Par ailleurs, la Région Languedoc-Roussillon, souhaite surfer sur la crise économique en accélérant le dossier par « une véritable relance qui s’appuie sur des opérations structurantes ». Dans cette optique, elle espère profiter de son accession à la présidence de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, en juin 2009, pour montrer une « mobilisation sans précédent des énergies et des financements européens ».

Partager