Langue

Sur le principe du ferroutage, qui permet de monter les remorques de poids-lourds sur des trains, l’autoroute ferroviaire reliant le Roussillon au Luxembourg signale son succès. A son lancement, cette formule mise en place en 2007 sur une distance de 1050 km entre les villes du Boulou et de Bettembourg, exploitée par la société Lorry-Rail, détenue à 58 % par la SNCF, comportait deux trains quotidiens. Mais les besoins du marché et l’exigence de compétitivité économique ont imposé une montée en puissance, résumée à un convoi toutes les 6 heures en 2013, 15 heures de trajet. Ces serpentins de marchandises longs de 850 mètres au maximum, soit 48 remorques, agrémentent désormais le paysage des abords de Perpignan. Produits le plus souvent en Espagne, véhicules automobiles, produits papetiers et alimentaires rejoignent ainsi le Bénélux, l’Allemagne, la Suisse, la Finlande et le Royaume Uni.

10.000 remorques pour la seule année 2013

Ewals Cargo Care, le principal opérateur logistique de cette ligne, a fêté le 26 février son 15.000e wagon, c’est à dire sa 15.000 remorque de camion, dans une prévision spectaculaire de 10.000 wagons, soit autant de remorques de camions libérant l’autoroute A9, pour la seule année 2013. Dans le secteur économique des transports et de la logistique, devenu majeur en Pays Catalan, cette avancée en précède une autre, car cette autoroute ferroviaire annonce un partenariat avec le port de Barcelone concernant des flux en provenance du Maroc. Cet axe grossit, en prévision de la concurrence exercée dès 2014 par un nouveau circuit du genre entre Bayonne et Lille. La façade méditerranéenne et la façade atlantique se mesureront, dans une bataille fondée sur l’absence de frais de péage, assortie d’une réduction du temps de transport, des dépenses énergétiques et des émissions de gaz, inférieures de 80 % entre le bitume et le rail.

Partager