Langue

La stratégie de lutte contre la crise choisie par la firme automobile SEAT de Martorell, au Sud de Barcelone, comporte cette année changements sociaux. Un plan social, précisé ce lundi par la filiale de l’allemand Volskwagen, prévoit de licencier 330 cadres, dont le rendement est jugé insuffisant par la direction, qui prévoit l’embauche de 150 nouveaux dirigeants. Le fabricant, qui cherche à augmenter l’efficacité et la productivité face à la concurrence, est en train de recomposer son image, qu’il souhaite écologique, sportive et jeune, pour atteindre une production de 500.000 véhicules annuels dans les prochaines années, alors que le sous-régime actuel présente une activité évaluée à 60% des capacités. Le Gouvernement catalan a pris connaissance, dans la journée, de ce plan, supervisé par les syndicats Union Général de Travailleurs (UGT), Commissions Ouvrières (CCOO) et Confédération Générale de Travailleurs (CGT). Les négociations, attendues dès les prochains jours, concerneront 1,5% de l’ensemble des équipes de SEAT, qui devraient percevoir une moyenne de 100.000 euros de compensations. Le grand espoir de SEAT Martorell est la production de l’Audi Q3, lancée prochainement, assortie d’une augmentation du volume d’actiivté.

Partager