Langue

Le transporteur aérien Ryanair, dur négociateur envers les aéroports de Catalogne, a annoncé l’élimination de plusieurs lignes, ce vendredi 20 juillet. Suite à la hausse des taxes aéroportuaires incluses dans le paquet de mesures de redressement budgétaire lancé par le gouvernement espagnol, le vol Girona-Madrid, supprimé au début de l’année 2011, puis rétabli en mars 2012, ne fonctionnera plus à compter du mois de novembre.

Cette même échéance concerne l’aéroport de Barcelone-El Prat, qui verra la suppression de ses liaisons vers East Midlands, au centre de l’Angleterre, Leeds Bradford, à l’ouest, Hambourg, en Allemagne du nord, ou encore Trieste, au nord de l’Italie, à proximité de la Slovénie. Par ailleurs, des réductions de fréquence seront portées sur les vols vers Alicante, Budapest, Bruxelles-Charleroi, Dublin, Édimbourg, Glasgow, Gran Canària, Ibiza, Liverpool, Malaga, Memmingen, Milan, Oslo, Palma de Mallorca, Paris, Porto, Rome, Santander, Santiago de Compostelle, Stockholm, Tenerife et Venise.

Ryanair prédit une perte de 2,3 millions de passagers en Espagne

Ryanair supprimera aussi 11 destinations proposées au départ de l’aéroport madrilène de Barajas. Son président, Michael O’Leary, qui s’est exprimé par simple communiqué, a déclaré que sa société « désapprouve » les décisions espagnoles de « doubler les taxes aéroportuaires ». Selon lui, cette politique « aura pour conséquence un recul sévère du trafic, du tourisme et de l’emploi, cet hiver dans ces deux aéroports ». M. O’Leary a présente sa stratégie comme une « réponse inévitable » à la hausse fiscale menée par l’autorité portuaire Aena, rattachée à l’Etat espagnol. Cette mesure devrait provoquer, selon la compagnie low cost irlandaise, une perte de 2,3 millions de passagers pour les aéroports espagnols où elle assure une présence.

Partager

Icona de pantalla completa