Langue

La compagnie Ryanair, qui va relier Perpignan à Birmingham d’avril à octobre 2013, a présenté le 25 janvier un bilan généreux de ses activités déployées depuis l’aéroport de du Roussillon depuis son installation, en 2000. Le spécialiste du bas coût a transporté depuis lors 1,5 million de voyageurs, et bénéficié d’une hausse de 7 % en 2012, en assurant son service auprès de 97.293 personnes. Ce résultat reste sans commune mesure avec les performances réalisées à Girona ou Montpellier par le transporteur irlandais, qui a réalisé en 12 ans en Roussillon ce qu’il obtient en 6 mois dans le deuxième aéroport de Catalogne du Sud. Il promet cependant une augmentation d’un minimum de 15.000 personnes par le biais de la nouvelle liaison avec la deuxième ville du Royaume-Uni, pour atteindre un volume de 110.000 passagers cette année.

« Engagement pour le développement touristique de la région »

Dans sa communication spécifique à Perpignan, Ryanair se veut la « seule compagnie ultra low-cost en Europe », proposant depuis les Pyrénées-Orientales une offre de trois lignes lors de la saison estivale, dont Birmingham, qui s’ajoute à Charleroi et Londres-Stansted. Selon Jonathan Brisy, responsable des ventes de Ryanair en France et en Belgique présent à Perpignan pour présenter la nouvelle ligne, l’offre globale permettra de « maintenir 110 emplois à Perpignan » en 2013, signe d’un « engagement de Ryanair pour le développement touristique dans la région ». Dans ce même esprit, Ryanair souligne que jusqu’à 1000 emplois sont « maintenus sur le site de l’aéroport et sa région pour chaque million de passagers transportés », tout en prévoyant d’en créer directement 15. Fin stratège en matière de déductions chiffrées, parfois hâtives, le transporteur estime aussi avoir fait économisé « 333 millions d’euros » à son 1,5 million de voyageurs depuis 2000 en Pays Catalan, grâce à des « tarifs bas », opposés aux « tarifs élevés et surcharges carburant d’Air France ».

Partager