Langue

Le tracé de la future Ligne à Grande Vitesse (LGV) au Nord de Perpignan, à l’étude depuis plusieurs années, a fait l’objet d’une réunion d’information le 13 mai. L’association Protection et Maintien du Cadre de Vie (PMCV) a convoqué la population à Baho, sur la trajectoire des futurs rails. Dans un compte-rendu détaillé, l’association interpelle les élus « face à des intérêts internationaux contraires » au Roussillon. Elle se félicite que le maire de Perpignan et président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée, Jean-Marc Pujol, se soit exprimé le 13 avril contre le tracé Rivesaltes-Le Soler soutenu par la SNCF, et pour le passage en gare de Perpignan. Alors que la concertation du projet de ligne Perpignan-Montpellier se termine, les résistances se raidissent. Un tracé définitif sera arrêté en 2016 par le ministre des Transports, avant une procédure de déclaration d’utilité publique.

Appel à la mobilisation des maires et du Conseil départemental

L’association PMCV, qui maîtrise le calendrier, crée la dynamique par une pétition sur Internet pour « Sauver le Roussillon » et espère que les maires de Rivesaltes, Espira de l’Agly, Peyrestortes, Baixas Saint-Estève, Baho, Villeneuve de la Rivière et Le Soler préparent chacun une « décision municipale commune à faire valider par l’ensemble de l’Agglo Perpignan Méditerranée, du Conseil départemental et des maires de l’ensemble de la plaine du Roussillon ». Pour l’heure, le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales ne s’exprime pas, ce que regrette l’association. En décembre 2014, PMCV avait relancé la vieille question des menaces pesant sur l’actuelle gare TGV de Perpignan, qui serait contournée par les futures liaisons à grande vitesse. Alors que les réunions, études, analyses techniques, évaluations et autres Comités de Pilotage s’enchaînent, dont le prochain le 17 juin, l’inquiétude se précise. En effet, l’association pointe du doigt la stratégie du délégué de Réseau Ferré de France (RFF) en Languedoc-Roussillon, Edouard Parant. Ce technicien prévoit les TGV voyageurs en gare de Perpignan et le fret international sur le tracé Rivesaltes–Le Soler « Tout en omettant de dire que grâce à ce tracé les trains voyageurs pourront se passer de la Gare Centre », décrypte PMCV, méfiante et consciente que l’actualité sportive accapare davantage les esprits que l’aménagement du territoire.

L’Olivier et la « sorte de chantage »

Sur ce même dossier à tiroirs, complexe et silencieux, l’association politique l’Olivier s’exprimait le 16 mai par la voix de sa vice-présidente, Christine Espert. Celle-ci rejette une « sorte de chantage » qui dirait « vous aurez le TGV à condition de signer un chèque en blanc pour le corridor de FRET voulu par l’Europe». L’Olivier regrette également l’absence des conseillers départementaux des secteurs impactés, élus en mars, qui « n’ont assisté à aucune réunion de PMCV ».

Partager

Icona de pantalla completa