Langue

Évoquée pour la première fois par la SNCF en 1995, l’éventualité d’une gare TGV à Rivesaltes, 10 km au nord du centre-ville de Perpignan, n’apparaît pas sur la liste officielle de projets rendue publique le 22 mars 2012. Dans un cadre principalement local et territorial, cette infrastructure a été envisagée au cours de la décennie 2000, lors des premières étapes de débat public sur l’implantation de la Grande Vitesse en Roussillon, et a fait l’objet d’un décret émis par la préfecture des Pyrénées-Orientales. Dans un premier temps étaient visés les périmètres communaux du Soler, 9 km à l’Ouest de Perpignan, et de Rivesaltes, ce dernier bénéficiant de l’avantageuse proximité de l’autoroute A9 et de l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes. La mairie de Rivesaltes d’ailleurs a bloqué son Plan Local d’Urbanisme (PLU) dans l’hypothèse de cette gare supplémentaire, dont la pertinence était relancée médiatiquement en décembre 2011 puis en mars 2012, sans faire écho à une véritable action menée auprès de l’Etat. Mais, selon un diagnostic actualisé tenant compte d’un potentiel intermodal en matière de transport de voyageurs affaibli par la perte de flux de l’aéroport du Roussillon, la gare TGV de Rivesaltes ne reste qu’une idée. Elle ne fait pas partie des futures implantations présentées le 22 mars à Montpellier par Réseau Ferré de France (RFF), qui s’est limitée, face à la presse, à énumérer trois communes languedociennes, c’est à dire Béziers, avec quatre possibilités… lire la suite

Partager