Langue

Les HLM du Champ de Mars, plus grande cité de Perpignan, fait l’objet d’un grand projet de renouvellement. Historiquement, cette initiative de 26,2 millions d’euros est la première visant cet ensemble, érigé dans les années 1960. Le Champ de Mars, doté de 650 appartements distribués en 12 immeubles de 5 à 9 étages, abrite 1500 personnes. Les familles sous le seuil de pauvreté sont 61% et le taux de chômage représente 18%. La mairie souhaite que ce quartier sans grands problèmes ne multiplie pas ses trafics variés et évolutions communautaires, soulignées par une multiplication des signes d’appartenance à l’islam. Pour cela, elle envisage une cité traversante, dont le bâtiment 3, doté de 54 logements, sera détruit. Son petit centre commercial sera déplacé et naîtront 26 parcelles de jardins familiaux, dès 2019. Des espaces verts, un arrêt de bus de nouvelle génération sont attendus, ainsi qu’une liaison cyclable et piétonne, parallèlement à la rénovation des terrains de sport.

Modifier l’image pour modifier l’identité

Cette vaste opération incluse dans le projet perpignanais de renouvellement urbain 2017-2027 devait débuter l’année dernière. Elle est financée par l’Etat au travers de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine, l’Union européenne, la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée, la mairie de Perpignan, la Région « Occitanie » et le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales. Cette union sacrée doit permettre de requalifier le quartier, en changeant son aspect extérieur, dans l’espoir de modifier son identité. Entre la place Cassanyes et le quartier Saint-Gaudérique, la cité du Champ de mars ne s’est illustrée que le 29 septembre 2005, lors des émeutes de Perpignan, lorsque la police y a interpellé 30 personnes.