Langue

Le fast-food de la chaîne française Quick situé à La Jonquera, le seul de l’ensemble de la région de Girona, vient de fermer ses portes. Cet établissement, le deuxième créé en Catalogne du sud, avait été inauguré en novembre 2008. Disposant de 125 places sur deux salles intérieures, auxquelles s’ajoutait une terrasse, il n’a pas suscité l’engouement espéré par l’opérateur, malgré plusieurs avalanches de consommateurs, majoritairement français, observées lors des deux étés qui auront accompagné son aventure. La situation idéale de ce restaurant, près de l’autoroute AP7 et de la Route Nationale II, a pu bénéficier à sa notoriété, mais la marque Quick reste très confidentielle en Catalogne du sud. À Figueres, Girona ou Barcelone, la restauration rapide reste en effet associée, comme dans la plupart des pays occidentaux, aux leaders mondiaux Burger King et McDonald’s. Dans ce contexte, l’offre « Nous, c’est le goût » proposée par le restaurateur, anciennement belge, puis francisé en 2007, n’a pas trouvé son public. Mais un autre facteur, fortement gênant, peut intervenir dans cette fermeture du Quick de l’Alt Empordà, bient qu’il n’ait fait l’objet, pas plus que le précédent, d’aucun communiqué officiel de la société. Selon l’Observatoire contre l’Homophobie de Catalogne, situé à Barcelone, trois employés du restaurant ont subi ces derniers mois des insultes à caractère discriminatoire de la part de deux managers en poste à La Jonquera. Les faits, qui se sont déroulés il y a quelques semaines, ont été assortis de plaintes des victimes, en bonne et due forme, déposées auprès de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, justement formés dans le domaine des discriminations portant sur les orientations sexuelles. Il s’agirait d’actes de harcèlement délibérés, comportant des menaces directes assorties d’insultes. Pour aggraver la situation, deux des trois employés visés ont été licenciés. Le parquet de Girona, les services de protection homosexuelle du gouvernement de Catalogne et la Mairie de La Jonquera sont saisis de cette étrange affaire. Entre des délits de harcèlement et un manque de rentabilité, la marque Quick ne pourra laisser, ni n’emportera, aucun bon souvenir de La Jonquera.

Partager

Icona de pantalla completa