Langue

L’entrée en service effective de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) entre Barcelone et Perpignan, courant décembre, avant une inauguration en avril 2013, accélère le calendrier. Le 18 octobre, les premiers essais techniques en conditions réelles ont ainsi été lancés entre Girona et la gare de Figueres-Vilafant par des trains génériques roulant à 160 km/h. La qualité de la caténaire, de la ligne et des systèmes de sécurité a été mise à l’épreuve. Plus au Sud, depuis le 20 octobre, jusqu’au 26 octobre, trois convois vides circulent à grande vitesse de 14h à 22h entre Mollet del Vallès, au Nord de Barcelone, et Vilobí d’Onyar, près de l’aéroport de Girona. Sur ce parcours de 62,2 km, les sociétés publiques espagnoles Adif, chargée du réseau, et Renfe, responsable du matériel roulant, testent la réponse des rails sous le poids et la vitesse infligés, le fonctionnement des systèmes de communication et celui du commandement des trains, baptisé ERTMS. Ce dispositif équipant les dernières générations de LGV est le standard unique de l’Union européenne. Cette lourde vérification technique, décrite par Adif, est l’enjeu principal de la ligne, suite à un engagement formel de finalisation intégrale dans quelques semaines, pris le 18 octobre à Girona par le président d’Adif, Enrique Verdeguer.

Le train Siemens s-103 circule sur la future ligne

Parmi les machines choisies pour les essais figure la s-103, fabriquée par la société allemande Siemens. Ce train de 404 places, vanté dans les années 2000 comme le plus rapide du monde, atteint 350 km/h, mais cette vitesse, produite à terme sur la ligne Perpignan-Barcelone, ne sera pas sollicitée dans les premiers mois d’exploitation de cet axe. En décembre, les trains circulant entre Figueres et Barcelone seront des TGV Siemens et des convois espagnols « AVANT« , tous deux techniquement ou volontairement limités à 250 km/h.

10 liaisons Figueres-Barcelone quotidiennes, en décembre

Selon une indiscrétion du bureau barcelonais de la Renfe, dès la fin de l’année, l’axe Figueres-Girona-Barcelone sera doté de deux aller-retours quotidiens, pour 50 minutes, une correspondance étant ainsi obligatoire à Figueres pour les voyageurs venant de Perpignan, car la continuité parfaite n’est envisagée qu’à compter d’avril 2013. Egalement à partir de décembre, 8 aller-retours Figueres-Barcelone-Madrid sont attendus, tandis que 2 allers-retours Barcelone-Paris ainsi qu’un aller-retour Barcelone-Lyon et une même formule entre Barcelone et Marseille seront prochainement communiqués par la Renfe. Sur ces dernières liaisons, reste à déterminer le nombre de trains inter-cités, permettant des jonctions de type Perpignan-Barcelone ou Perpignan-Girona, hautement importantes pour le Roussillon.