Langue
Première mondiale en Pays Catalan: la centrale solaire de Llo espère séduire le Koweit
Langue

La première centrale solaire à concentration au monde sera opérationnelle l’été 2018, dans la région de la Cerdagne. Cet outil de production thermodynamique, d’une capacité de 9 mégawatts, alimentera 6000 foyers établis dans les environs. Répertorié dans la catégorie « CSP », pour Concentrated solar power, il constitue un prototype pour la société provençale SUNCNIM. Cette entreprise souhaite exporter sa technologie de production en matière de vapeur, en prenant appui sur sa réalisation catalane. Ses futurs clients pourraient être l’industrie pétrolière au Koweit et à Oman, car l’extraction du pétrole lourd est facilitée par l’injection de vapeur dans les puits. L’Europe du Sud et le Maghreb figurent aussi parmi ses objectifs.

Le site en chiffres

Fruit d’un investissement avoisinant 60 millions d’euros, ce site innovant est en cours de construction sur 36 hectares de terrain, entre les communes d’Eyne et Llo. 130 ouvriers et ingénieurs y érigent des structures métalliques qui recevront 95 200 miroirs légèrement incurvés. Des tubes récepteurs des rayons du soleil, de plusieurs centaines de mètres de long, sont alignés à 10 mètres du sol. Le chantier, qui a débuté l’été 2016, comporte l’installation de la turbine, de ballons de stockage et d’aérocondenseurs. Cette centrale baptisée « eLLO » pourra stocker l’énergie produite dans neuf accumulateurs de vapeur, de 90 tonnes et 120 m³ chacun, équivalent à quatre heures de stockage. Cette performance est une « première mondiale », détaille Rémy Icard, directeur de projet chez SUNCNIM, interrogé par la publication L’hebdo de l’énergie solaire.

Une polémique technique

En 2015, la fédération environnementale Frene 66 émettait des doutes sur la pertinence de cette future centrale. La structure militante réputée pour ses études fiables soulignait le coût des centrales thermodynamiques, supérieur aux centrales photovoltaïques. Elle révélait aussi l’existence d’un projet concurrent, Alba Nova 1, en marche en Corse, et affirmait que la capacité de stockage d’énergie du site catalan ne serait pas compétitive.