Langue

La perspective du lancement du TGV Perpignan-Barcelone courant 2013 s’est confirmée vendredi 18 mai 2012 par l’annonce de la pose de 270 mètres de rails à l’intérieur des 3,6 km de tunnels construits à Girona. Par communiqué, la société publique espagnole ADIF, en charge des chantiers, a confirmé cet aménagement, entre les zones « Fontajau » et « Mas Xirgu », séparées de 7,9 km, dont 6,8 km réservés à la circulation des convois et 1,2 km prévus pour leur stationnement. Ce tronçon, d’un coût total de 297 millions d’euros incluant la future gare définitive de Girona, bénéficie d’un système d’amortissement novateur, composé de 2 cm de matières caoutchouteuses réduisant les vibrations et le volume sonore produits par les trains. Cette arrivée des rails dans le sous-sol de Girona permettait à ADIF d’affirmer que le ministère espagnol des Travaux publics soutient « vigoureusement » l’entrée en service du « tronçon Barcelone-Figueres du TGV ».

Gares « Girona-ville » et « Girona-aéroport »

Sur ce même dossier, la gare provisoire de Girona reste à construire en vue de la réception des TGV au premier trimestre 2013, à l’issue de 37,1 millions d’euros de travaux. La construction du hall, des escaliers d’accès, des quais et d’un couloir relié à la gare actuelle, doivent ainsi débuter courant juin. Par ailleurs, la possibilité d’une gare TGV desservant l’aéroport de Girona-Vilobí d’Onyar, sérieusement évoquée depuis le printemps 2011, a été relancée le samedi 19 mai par le directeur des Transports et de la Mobilité du gouvernement catalan, Ricard Font, qui a remarqué une « bonne réceptivité » du ministère à cet égard. En effet, la construction de cette gare souhaitée par la Catalogne dépend de l’État espagnol, qui semble en accepter le principe depuis plusieurs semaines, en déléguant un technicien d’ADIF aux réunions de l’équipe de rédaction du projet. La mise en forme est en cours depuis début 2012, pour une livraison de ce projet fin 2013, selon les confirmations de M. Font, qui reconnaît une réalisation dépendant de la « disponibilité budgétaire ». Le montage de cette future gare peut être simplifiée, grâce à la présence, à 2 km de l’aéroport, d’un espace de dégagement doté de deux voies parallèles à la Ligne à Grande Vitesse et de deux quais à usage technique, adaptables à une réception de public. Seul manquerait un espace propre de 600 mètres carrés et un parking de 200 places, inclus dans les plans gouvernementaux, qui prévoient un budget de 13,5 millions d’euros pour cette gare « Girona-aéroport », dont une version à minima serait possible pour 9 millions.

Dernier point noir : Mollet del Vallès-Barcelone

En marge des 7,9 km en cours d’aménagement à Girona, le dernier point noir de la LGV Perpignan-Barcelone est constitué par 12,7 km de rails manquants entre Mollet del Vallès et la gare de la Sagrera, au Nord de la capitale catalane. L’appel d’offre pour travaux, prononcé le 30 mars par le Conseil des ministres espagnol, parvient à échéance le 28 mai, pour un financement de 13 millions d’euros. La société ADIF exige un délai d’exécution de 8 mois, qui déboucherait sur janvier 2013 dans l’hypothèse d’une ouverture du chantier en juin 2012.

Partager