Langue

La réforme de l’Etat engagée dans la décennie passée fait moins parler d’elle au quotidien, tout en se traduisant dans les faits. Indépendamment de la bascule politique de l’accès de François Hollande aux responsabilités, le redéploiement des forces est notamment manifeste à Pôle emploi. Le service national du travail, renforcée par l’arrivée de 2000 agents en Contrat à Durée Indéterminée (CDI) au 31 octobre 2012, prévoit de « renforcer l’accompagnement » des demandeurs d’emploi, selon Michel Sapin, ministre du Travail. Dans les Pyrénées-Orientales, la stratégie lancée obéit à une centralisation du réseau, comportant à Perpignan, dès septembre 2013, une réduction à six agences, au lieu des trois actuelles. Les trois sites subsistant à cette refonde devraient être les agences Perpignan-Desnoyés, dans le quartier du Vernet, Perpignan-Kennedy et Perpignan-Naturopôle, cette dernière étant implantée dans la commune de Toulouges. Les agences de Céret, Prades et Argelès-sur-mer échapperont à ce plan, auquel se joindra une méthode d’accompagnement des chômeurs resserrée. Chaque agent sera en charge d’un maximum de 70 demandeurs d’emploi, contre une moyenne de 150 dans l’actualité. La tâche à accomplir restera rude, compte tenu d’un effectif de 14,2 % de sans-emploi au premier trimestre 2012 en Pays Catalan, précédant un comptage indiquant 28.488 chômeurs de longue durée, fin juillet 2012, pour 39.168 demandeurs au total.

Partager

Icona de pantalla completa