Langue

Le festival du photojournalisme Visa pour l’Image de Perpignan, organisé depuis 1989, suscite cette année trois autres événements, qui se greffent à lui de près ou de loin. Preuve d’un dynamisme nouveau en ville malgré la rentrée, l’ouverture de « Visa », ce samedi, sera aussi celle du festival Visa off, pour un « millésime exceptionnel », selon la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan et des Pyrénées-Orientales, qui l’organise. La 15ème édition de ce festival du « photoreportage » amateur, au demeurant de qualité, présente 80 expositions éparpillées dans le centre ville. Mais comme souvent dans les villes festivalières, alors que la version « off » peut prendre des allures académiques par quête de sérieux, un festival « off du off » apparaît. Baptisé à Perpignan « Viza ouf » avec un « z », celui-ci, pour sa deuxième édition, se veut « plus ouf que le off », et propose des représentations de musique, de spectacles de rue, de graffitis et de jonglages, avec un financement privé issu de l’aide de commerçants, et la bienveillance de la mairie. Enfin, le 8ème festival associatif « Arts dans la rue » invite peintres, sculpteurs et comédiens, à se côtoyer, rue de la révolution française, à la jonction entre les quartiers Saint-Jean et Saint-Jacques. Cette fourmilière autochtone ancre Visa pour l’Image en tant que détonateur d’activités.

Partager

Icona de pantalla completa