Langue

Le Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR) et la marque régionale « Sud de France » sont très actifs ce week-end autour du produit phare qu’est le muscat. Outre les diverses campagnes estivales « L’Apéritif ici c’est Muscat » et la création du label « Muscat de Noël » en 1997 pour le Muscat de Rivesaltes et deux terroirs languedociens, les Rencontres Méditerranéennes du Muscat qui se tiennent tous les deux ans à Perpignan viennent compléter une stratégie marketing renouvelée. Celle-ci induit un dépoussiérage de l’image de la boisson concernée, car l’AOC Muscat de Rivesaltes date de 1956, mais la communication faite autour a pris une tournure résolument jeune et raffinée. Ouvertes au public comme aux professionnels, ces rencontres biennales offrent de multiples manières de découvrir les muscats : de l’exposition « Les Clés du Vin », qui met en éveil les sens du visiteurs, à la vitrine comptant plus de 150 vins méditerranéens à base des différents cépages de Muscat, en passant par les ateliers de dégustations, qui proposent, moyennant 50 euros, un véritable voyage dans le temps, avec des millésimes remontant jusqu’à 1875. Ces rencontres sont également là pour tisser des liens commerciaux, à l’image de leur convention d’affaires, qui met en contact cette année une centaine d’acheteurs du monde entier et une soixantaine de producteurs. En parallèle, ce lundi est prévue à l’école Internationale de Pâtisserie d’Olivier Bajard, installée dans la zone économique Agrosud de Perpignan, le « Roussillon Dessert Trophy », qui associe un pâtissier et un sommelier d’un même restaurant gastronomique, afin de mettre en valeur un Vin Doux Naturel du Roussillon. Ce concours, qui se déroulera sur le thème des agrumes, opposera pour sa troisième édition sept équipes venues d’autant de pays européens. Désormais doté de prestige, il permet de partir à la conquête d’un marché exigeant, associé à un pouvoir d’achat élevé.

Partager