Langue
La Clau
Perpignan-Méditerranée mise sur la séduction économique autour de 8 clusters
Langue

La mission économique de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (PMCA), qui reçoit annuellement 30 millions d’euros, s’est armée ce vendredi d’un outil de promotion potentiellement décisif. L’institution a lancé un site spécialisé à destination des entreprises, sur le standard mondial « Business Facility International », qui permet de visualiser tous les espaces d’activités de son territoire. De la zone de Torremila, proche de l’aéroport, jusqu’à la plus modeste zone de La Madraguère, à Torreilles, l’inventaire exhaustif des terrains disponibles est présenté sur une série de cartes Google qui intègre la surface et le type des parcelles commercialisables. Ce principe, largement répandu dans l’Union Européenne dans le but d’attirer une économie à l’échelle internationale, se traduit, aussi en Roussillon, par une rationalisation des réserves foncières, aménagées sous la forme de 8 clusters, centrés sur la logistique et les transports, l’industrie du nautisme, le tourisme, l’agriculture et l’agroalimentaire, la santé, l’aéronautique, les Technologies de l’information et de la communication (TIC) et les énergies renouvelables.

Lors de la présentation de cette vitrine électronique, qui a réuni à l’Hôtel d’Agglomération le président de PMCA, Jean-Paul Alduy, et les vice-présidents délégués à l’économie, Daniel Mach et Romain Grau, le premier a signalé l’intérêt d’un développement économique basé sur des « services à valeur ajoutée », adressé aux entrepreneurs qui souhaiteraient s’implanter en Roussillon, mais aussi aux entreprises déjà installées. La tâche principale de ce site Internet, encore limité à la langue française, réside dans sa promotion, notamment à l’extérieur du territoire, en vue de séduire des porteurs de projets, sur la base d’arguments attractifs. Cette offre d’accueil s’appuie en effet sur les trophées récents de PMCA, situé en deuxième position pour la création d’entreprises en Franceen première position en matière de cadre de vie, selon une enquête réalisée cette année par le magazine L’Express, d’après une étude réalisée par l’Université Paris-Dauphine. Sur 32 parcs d’activités différents, l’Agglomération souhaite ainsi aborder sa deuxième décennie d’existence par une maîtrise croissante de ses ressources, pour parvenir à distinguer le territoire moteur des Pyrénées-Orientales sur la carte de France, d’Europe, et de Catalogne.

Partager

Icona de pantalla completa