Langue

Les très petites entreprises (TPE) sont la cible du gouvernement, selon l’Union pour les Entreprises des Pyrénées-Orientales (UPE 66). Vendredi 29 mai, le premier réseau économique du Pays Catalan a dénoncé le projet de loi sur le dialogue social en discussion à l’Assemblée nationale. Le texte constitue un «acharnement» et «vient complexifier de manière absurde la vie de nos TPE, alors qu’il devrait la simplifier», assure l’organisation patronale représentant le MEDEF. Celle-ci évoque un projet intrusif, car il instaure des Commissions Paritaires Régionales, et juge «intolérable qu’une personne extérieure à l’entreprise, ne relevant pas de l’administration publique, puisse intervenir physiquement dans une entreprise privée». Pour donner de la voix, l’UPE 66 lance une pétition électronique qu’elle adressera aux parlementaires et au ministre du Travail, François Rebsamen. Soulignant que les députés «manifestent leur méconnaissance de la réalité de nos TPE», l’union d’entrepreneurs oit venir une «usine à gaz de plus».

Partager

Icona de pantalla completa