Langue
La Clau
Perpignan: les jeunes UMP veulent moins de « propagande » du Conseil Général
Langue

Le projet de fermeture du Collège Albert de Perpignan avait surpris, lors de sa validation, le 25 mars, par le Conseil Général et l’Inspection académique des Pyrénées-Orientales. Après une mobilisation citoyenne, un soutien de la Ville de perpignan, puis un retour en arrière du Conseil Général, une journée « Collège mort » s’est déroulée lundi 31 mai pour éviter une fermeture définitive en 2011. Tout compte fait, ce collège restera ouvert et sera reconstruit sur un terrain municipal. Mais ce vendredi, les Jeunes Populaires 66 ont tenu à revenir sur ce mini-feuilleton, en critiquant un « réveil tardif » de l’institution départementale, dirigée par Christian Bourquin, suspendu du PS. Le responsable territorial des jeunes sarkozystes, François Lietta, rappelant que les collèges sont une compétence des Conseils Généraux, a jugé que les « baisses d’effectifs » de l’établissement, jusqu’à 37% de sa capacité, auraient dû inciter le Conseil Général à « réagir », le collège étant situé « dans une zone où la population ne peut qu’augmenter ». Les juniors de l’UMP, critiquant une « absence de vision à long terme de la majorité PS » pour le département des Pyrénées-Orientales, l’ont exhortée de « laisser la communication de propagande à outrance » et de « s’occuper de ses réelles missions ».

Partager