Langue
La Clau
Perpignan: le journal L’Indépendant va licencier 21% de son personnel
Langue

La crise qui frappe la Presse Quotidienne Régionale française (PQR) depuis le milieu de la décennie 1990 a pénétré le quotidien L’Indépendant, édité à Perpignan depuis 1840. L’érosion du lectorat et la modification des contenus du titre, ajoutés à la crise entamée en 2008 menacent désormais une partie de l’effectif du premier journal du Pays Catalan, selon une information syndicale discrètement divulguée en milieu de semaine dernière. Tout comme le journal Midi Libre, l’Indépendant fait partie du groupe Les Journaux du Midi, lui-même propriété du groupe Sud-Ouest, sis à Bordeaux. Dans ce jeu de poupées russes, le quotidien des Pyrénées-Orientales accuse une baisse de ses ventes de l’ordre de 8% depuis 2009, après une chute régulière au fil de la décennie. En outre, selon une source interne, un recul de 10% est à déplorer en matière de recettes publicitaires, dans un marché morose, face à une audience amoindrie. Sur les 140 salariés que compte ce média de tradition, une trentaine devraient ainsi être remerciés dans les prochaines semaines, une fois communiquées les modalités d’un plan social, autour du 10 juin.

Ces licenciements, qui sèment le trouble chez les Journaux du Midi, pourraient concerner 70 personnes au sein du Midi Libre, dont l’essentiel des ressources humaines est en poste à Montpellier. A Perpignan, l’inquiétude et l’analyse des difficultés vont de pair à L’Indépendant, qui a inauguré un nouveau siège, en novembre 2010, et lancé un nouveau site Internet début avril 2011. Mal à l’aise sur le web, le plus vieux quotidien régional de France, jadis incontournable et doté de 300 salariés en 1990, pourrait faire les frais de contenus à tonalité touristique, régulièrement « vu d’ailleurs », après avoir abandonné le journalisme d’investigation. En outre, le cloisonnement des rédactions, qui enferme Perpignan dans l’espace local au détriment d’un espace universel réservé à Montpellier ou Paris, provoque des erreurs stratégiques et entrave la proximité. Ainsi, ce mardi, à l’occasion de la mort d’Oussama Ben Laden, le parcours du présumé 20ème pirate de l’air d’Al Qaïda, Zacarias Moussaoui a été évoqué, mais il a été omis de signaler que cet islamiste français a effectué un passage au Lycée Arago de Perpignan, situé à… 200 mètres du siège de L’Indépendant.

Partager